6/15/2007

Rien à voir mais...

Si vous avez lu mon blog BD, vous devez savoir que j'ai du mal à trouver du temps dernièrement. De nouveuax textes apparaitront bientôt ici, en attendant je vous mets ici une critique de ma nouvelle Le concert de sa vie, qui même si elle n'est pas arrivée première du concours Annie Ernaud, a eu l'air de leur plaire. Ma première critique sur mes écrits, quelle émotion ^


Dans « Le concert de sa vie » (Présélectionné) (Cédric ASNA de Toulouse), une ballade de Chopin est en vedette. Elle est jouée à Stalingrad, au coeur de la bataille, lors d’une courte trêve dans l’intensité des combats, par ces soldats de l’infortune qui, oubliant l’uniforme et la souffrance, pensent un instant rêver tout éveillés. Mais le final va bientôt sonner le glas de leurs illusions. Il va falloir reprendre les armes. Un instant d’intense émotion que traduit bien ce récit très fort et très poignant, reflet de l’état affectif et de cette agitation des âmes qui symbolisent la passion. On pense bien sûr au livre de Wladyslaw Szpilman et au merveilleux film qu’en tira Polanski, l’histoire de ce pianiste juif polonais, jouant sous les bombes à Varsovie au début de la guerre ; mais cela n’enlève rien à la sensibilité développée par l’auteur et à la qualité de son écriture…

1 commentaire:

Ludie a dit…

Rien de bien étonnant!
:)